Afin d'optimiser et d'améliorer constamment notre site web pour vous, nous utilisons des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs: : ici J'accepte
Lacoste

Pantalon de survêtement Enfant Lacoste SPORT léger avec piping

Reference : XJ1183-564
80,00 €

Plus que 1 produit en stock !

Notes et avis clients

personne n'a encore posté d'avis
dans cette langue
Livraison offerte dès 100€
Votre colis est livré dans un délai de 48h après son expédition.
Retours sous 14 jours
Vous disposez de 14 jours pour retourner votre produit.
Paiement en Cartes Bancaires & Paypal
Vos données sont protégées et sécurisées..

Pantalon de survêtement Enfant Lacoste SPORT léger avec piping XJ1183-564 Rouge/Blanc

Les petits champions craqueront pour ce pantalon de survêtement ultra stylé réalisé en taffetas diamanté uni et doublé de jersey tout doux. Léger et confortable, ce modèle équipé d’une ceinture élastiquée et de chevilles zippées est souligné par un piping contrasté le long de la jambe. Un marquage Lacoste discret et un petit crocodile vert iconique signent son design sportif.

Taffetas diamanté (Matière tissée lisse et très légère avec une finition légèrement brillante) et doublure jersey

Ceinture élastiquée avec cordons de serrage contrastés dissimulés

Poches latérales et chevilles élastiquées avec fermeture zippée

Piping contrasté le long de la jambe et marquage Lacoste cheville gauche

Crocodile vert brodé hanche

Matiere principale: Polyester (100%) / Doublure haut pantalon: Polyester (65%), Coton (35%) / Doublure bas pantalon: Polyester (100%)


Colis expedié dans les 24h (délai généralement constaté). Notre Partenaire LaPoste annonce un délai moyen de 48 à 72h.

Vous disposez d'un délai de 14 jours ouvrables pour nous retourner votre colis si celui-ci ne vous à pas donné entière satisfaction. Après vérification de la bonne réception par notre entrepôt et de l'état irréprochable du produit renvoyé, vous serez remboursé sous 96 heures.

Avis